Les Actus + ou - Politiques
L'euro Manageap
Management de la crise
Sommaire
Management des taxes
La panique des consommateurs
Réforme et mutation ?
Projets en échecs
Les crises passent
Les fauteurs s'effacent
Les problèmes restent
aaie.gif (222 octets)
cale1010.gif (55 octets)
aaieb.gif (204 octets)

aaie.gif (996 octets)
cale1010.gif (55 octets)
aaieb.gif (204 octets)
aaie.gif (996 octets)
cale1010.gif (55 octets)
aaieb.gif (204 octets)
aaie.gif (222 octets)
aaieb.gif (204 octets)
aaie.gif (996 octets)
aaieb.gif (204 octets)
Le Management des taxes et gréve des transporteurs
... des TIPP : Le management de la crise en Europe.
"Ils -les gouvernements- se refusent à céder". Mais on va réfléchir: les ministres des transports Européens vont se réunir … le 21 septembre !!! C'est quand que les JO commencent ? :-)
Nous sommes le 12. Alors qui va céder ? les routiers qui vont rentrer à la maison, ou les royalistes (clin d'oeil aux autres pays -majoritaires- Européens).

Les enjeux :
   - leçon de gestion donnée à la France.
   - mesure de la stratégie ou tactique: "autre temps, autres lieux, et dans ce cas, autres décideurs... Il y a des cas où l'appartenance à l'Europe arrange. Et lorsque l'Europe aura apporté des solutions mi figue mi raisin, il y aura avantage, toujours pour certains, les mêmes : la faute à l'Europe (perception de l'Europe chez eux ?!!.)
   - recherche de la limite Européenne
   - vision sur la "solidarité" Européenne. Aïe ... d'ici à ce que l'on recommence en France... par solidarité
   - et après ... arrivée des salariés ... l'exemple venant de haut.
   - et attention : "le jour où l'Allemagne se réveillera ....", histoire là aussi de rendre populaire les "écologistes qui ne manqueront pas de monter au créneau de l'Europe.
On n'est pas sortie de l'auberge. Il faudra une autre crise pour chasser celle là.
Et pendant ce temps, le dollar monte, comme par hasard, les embargos -qui pourraient réguler- continuent-, et les membres de l'OPEP font des affaires; comme ceux qui n'en sont pas. Ils engrangent les dollars. Et dans quelques temps, ils vont investir... vers qui ??? vers ceux qui aujourd'hui "souffrent" du dollar fort à l'export. Mais en bénéficie aujourd'hui à l'import. Les propriétaires du dollar. Qui à leur tour "reprendront" d'une main, lorsque chacun aura suffisamment engrangé, ce que l'Europe aura donné de l'autre. Mais bon, l'actualité sera "sauve" : l'Euro remontera et sera "fort" à nouveau.
Et le grand jeu continue, se renouvelle avec les mêmes schémas ....
cale11blan.gif (35 octets) aout 2000 cale11blan.gif (35 octets) fin
La panique des consommateurs de vache folle
Elle sera difficile a enrayer.
Elle se fera simplement par le fait que "de toute façon, on n'a pas le choix".
C'est irrationnel. Sans doute ... enfin peut être.
A quel moment nous dit-on la vérité ? A quel moment a-t-elle été dite par exemple à propos de la vache folle ... depuis 1989 ??
Qui l'a dite ? Les politiques ? Les Gouvernants ? Les administrations ? Les professionnels ?
Non seulement elle n'a pas été dite, mais tous ont menti, ne serait-ce que par omission.
Pire encore, on dit que "les anglais n'ont pas joué le jeu"; en réalité il faut traduire que toute la chaîne depuis les plus hautes instances de l'Etat anglais, les filiéres professionnelles et commerciales et les trafiquants qu'ils fabriquent, ont, en toute connaissance de cause, commis des actes d'empoisonnement. Et comme beaucoup d'autres, ils se posent en donneur de leçons de morale. Et ca passe comme une lettre à la poste. Y compris aprés que nos chers Sénateurs aient fait un "rapport" sur le sujet.
Et dans le même temps, certains sont tenus d'expliquer au petit délinquant qu'il faut qu'il s'intégre à la société et que bientôt il y aura la tolérance zéro. Pas facile.

A quel moment, les décisions ont -elles été prises ? Et par qui ? C'est très simple : par personne.
Total : élus ou pas élus, il ne se trouve pas d'organe pour "décider". ?
Donc la confiance, que périodiquement chacun veut "restaurer", n'existe plus.
Et les conséquences sont multiples. Depuis la désaffection pour le (la) chose politique qui ne se traite plus qu'entre membres héréditaires d'un microcosme asservi, commençant la carrière trés tôt, (comme pour le show-biz et le "sport"), jusqu'à la défiance vis à vis des organes de contrôle de l'administration qui ne font plus leur office, et qui au contraire, vont toujours dans le sens d'un "vent variable" pour ne pas "affoler la population'; inétrêt supérieur oblige.
Rajoutons les constats et perceptions des "progrès", proposés par la 'recherche', et voila le consommateur confiant dans le "système", transformé en rat de laboratoire, pour un ensemble de ses besoins essentiels. Mais et s'est rassurant, les mêmes entreprennent de soigner, sans solutions. Mais ils cherchent aussi.
Et quand les décisions sont prises, par des décideurs en caste, il est dit avec aplomb qu'il n'y a pas de quoi s'affoler, car de toute façon c'est trop tard. Dire ce constat contribue bien évidemment à noyer la décision en amont, et à laisser croire que rien ne peut être fait. Comme pour la mondialisation.

On a trompé le citoyen, le consommateur, l'administré, le bénéficiaire, le malade, le cotisant, le client, le contribuable, l'associé. Et quand il vient à s'en plaindre, on lui interdit d'aborder les sujets, il est mis à l'index, et même il est puni et poursuivi de multiples assiduités par la caste, ses cours, ses realis administratifs, et ses sbires.
Et "on" s'étonne que quoi qu'ils disent ou fassent, "il" n'ait pas confiance ??
Les maîtres-mots de tout cela : trahison, je m'enfoutisme, tromperie, empoisonnement, intérêts partisans, de réseaux, couardise politique, veulerie, mandarinat, ...en résumé "politique".
Il n'y a plus de force. Nous en sommes venu au temps de la seule ruse méchante généralisée, annonciatrice de décadence.
Alors à quand un retour à la "politique" ?
Car il ressort bien que l'on souffre d'une absence de "politique" avec un excès de "politiques". La politique manque tandis que les hommes politiques nous "fatiguent". Dire qu'il ne se dégage aucun Homme fort, revient à dire qu'il n'y a pas d'homme.
Leur acte majeur, leur finalité, n'est pas de mettre en oeuvre leur mandat, mais de l'obtenir, le renforcer, le renouveler et le multiplier. Pire, le transmettre ... comme un patrimoine personnel. Les nouvelles monarchies.
Et ca ne date pas d'hier ... le dernier homme politique : De Gaulle. Sauf à la fin .. C'est dire la difficulté....
Après il n'y a eu (globalement) que des politiciens et des carriéristes. Avec quelques actes politiques de çi de là, masqués ou ternis par un ensemble de non engagements.
Et alors ... ça agace ...Voir aussi ......ici.

Avec une lumière :
    -  d'une part des mouvements "citoyens" viennent à la surface. Difficilement contrôlables par les partis 'traditionnels'. Avec une qualité essentielles, à défaut de vision globale : la mouvance.
Ce qui devrait nous éviter l'organisation pantalonadesque des 2 parties uniques (suivez mon regard ...) ou la royauté (avec ou sans roi officiel) béate et librement consentie (majoritaire, en nombre, en Europe !!).
     -  d'autre part, des mouvements travailleurs se constituent en 'coordination'. Histoire de ne sortir des carcans des réseaux syndicaux, et comme pour les "politiques", de la "disciplne-discipline".
     -  et enfin, l'information, sa masse et sa diffusion, font qu'il sera de plus en plus difficile de cacher. Pas pour rien que certains veulent "réguler" internet.
Car si l'on nous sert à tous moments que c''est le "consommateur qui choisit", autant qu'il commence à le faire.

cale11blan.gif (35 octets)sept 2000 fin
Pendant des années, il nous a été dit, par tout un chacun, que la vache folle, c'est pas sûr que ça existe, et il n'est pas prouvé que les farines animales aient une influence négative etc .....
Et on finit aprés des batailles inutiles, par les interdire. Parions qu'il doit bien se trouver un allumé pour rechercher le géne qui transformera l'herbivore en carnivore.
Et avec les OGM bis répétita, même causes, mêmes effets, on ressort les mêmes arguments ...
cale11blan.gif (35 octets)
Réformes et mutations ?
+ Faire des lois en Corse, ou le 2éme démarrage de la régionalisation... pas de ca, restons modernes, centralisés, tout le pouvoir pour moi.
+ Supprimer cette vignette, qui a berné plusieurs générations, et voila que les bistrots montent au front !!! Jusqu'à présent je croyais qu'ils (les bistrots) ne faisaient ca que contraints et forcés.
+ D'un coté la dictature du Jacobinisme et de l'autre celle des bistrots. C'est la même donc. Peut-être qu'il ne serait pas inutile que certains bistrots se débarrassent de "certaines taxes"; pas celle de l'Etat. Mais shuutt....
Mais, et c'est aussi du management lobbying, il n'est pas impossible qu'ils obtiennent satisfaction, en douceur. Par exemple avec l'augmentation du tarif du tabac. Ceci compensant cela.
 

Le Manageap

Tout est simple. Rien n'est facile.
La différence  ?.....le savoir