Les Actus + ou - Politiques
L'euro Manageap
Les retraites
Sommaire
C'est le seul, l'unique sujet presque centenaire. Avec une origine de 60 ans, on découvre tout d'un coup, qu'il va y avoir des problémes .... dans 30 ans et qu'il est urgent de statuer.
Pour tous les autres, il n'y a pas la visibilité à 5 minutes.
De là à penser qu'il s'agit de l'orchestration d'une embrouille à pognon, il n'y a pas loin.
aaie.gif (222 octets)
cale1010.gif (55 octets)
aaieb.gif (204 octets)
aaie.gif (996 octets)
cale1010.gif (55 octets)
aaieb.gif (204 octets)
aaie.gif (996 octets)
cale1010.gif (55 octets)
aaieb.gif (204 octets)
aaie.gif (222 octets)
aaieb.gif (204 octets)
aaie.gif (996 octets)
aaieb.gif (204 octets)
Marketing MEDEFisant
Le fond du l'agitation : obliger "certain" candidat à faire un faux pas au prétexte de l'impérieuse nécessité de régler des urgences qui n'en sont pas.
A l'appui : des intox et sur intox et jamais de der ...
Le dessous des cartes : pas les retraites, ni les retraités : il s'agit de fric, ou plus soft de finances, de grosses finances, avec les fonds de pension, le régime de capitalisation aux conseils d'administration monarchiques, et à l'opposé, la chasse gardée de ceux qui ne veulent pas partager.
A la base : des chiffres incertains, trafiqués, dont personne ne connaît le réelle teneur. Car on a un peu vite enterré certains rapports passés, qui montraient qu'en réalité il ne se posait et ne se pose aucun problème concernant le financement des retraites. Tout au plus y aurait-il diminution des réserves.. la belle affaire.
Et chacun avance des pions en fonction de l'actu.
Le MEDEF : c'est ça ou rien. Comme pour l'UNEDIC, les 35 heures qu'il a taillé en pointe pour mieux les mettre là où les poules font les oeufs, d'autant plus aisément que c'est l'Etat qui paye (120 MdF ! une paille), ce qui n'est pas glorieux. A ce tarif, n'y avait-il pas d'autres priorités ?
Alors qu'il s'agit de temps de vie, on a placé ça sur le terrain du travail.
Ca ou rien  dis le MEDEF? voire; ça commence à bouger dans les troupes des patrons "poujadistes", qui voient d'un mauvais oeil les directions et Présidences venir leur prendre le devant de cette belle doctrine de comptoir.
Du coup, certaines organisations patronales autrefois traitées de machistes par les "grands de France" en viennent à se poser des questions sur les buts réels de ce MEDEF là.
Qu'est-ce-qu'ils veulent ? La guerre ? Réponse: oui.
En situation de monopole, tenant plus de 75% de l'économie, la guerre ne représente AUCUN risque. Donc on peut la faire tranquillement. Les mort seront ailleurs. Comme ces généraux de 14-18; il est plus facile de faire la guerre avec la vie des autres.
Pour eux, titulaires de nombreux monopoles "libéraux" sur une marché de concurrence, il suffit d'augmenter les tarifs a du concurrence. Et tout le monde y passe. C'est la nouvelle doctrine de libre concurrence et de "liberté" d'entreprendre.
Espérons que des enseignements vont en être tirés.
En vrac les bizarreries
       - il est urgent de statuer dit-le MEDEF. Sur quoi se basent les "je passe à la télé" ? : sur des rapports à la commande.
        - Contre intox : Ha non, on en a pour plusieurs années encore, viennent dire les principaux organismes fédérateurs des fonds de retraites. Eux-aussi, avec leur recherche du maximum, participent à crier au loup, mais pas avec la même "politique". (Les "permanents" sont toujours du bord en cours.)
       - Réponse à la contre intox : mais l'urgence reste au rouge, car il faut "prévoir". Les prévisions de MEDEF n'ont d'égales que celles des économistes qui se fient aux séances à vif des cours de bourses. Le long terme est devenu l'instant, voire le caprice. L'urgence c'est pour dans 20 ou 30 ans. Bravo. Dommage qu'en matière de finances "on" n'ait pas la visibilité à court terme. Curieuse époque où l'on voit à 30 ans et où l'on ne voit pas à 5 minutes.
       - au passage les syndicats en profitent pour rechercher à faire des cotisants et lancent des mots de grève: c'est mobilisateur les "revendications" du MEDEF. Et pour donner du "corps aux manif, on va encore chercher les fonctionnaires. Tourjours les baskets au pied pour faire gréve...
       - on va faire la grève des cotisations ASF.
       - Contre intox : Pas de problèmes, avec ce que l'on a engrangé, il y en a pour plusieurs années. Autrement dit : encore bonjour les prévisions: "on" a prévu des cotisations excessives (dans le même temps où  on (les mêmes) demandent à corps et à cris, des baisses des charges sociales et fiscales; ce qui est, bien sûr, cohérent. Et personne n'a dit ou vu que les cotisations étaient trop élevées ?
Nota : "on", (encore les mêmes) ont fait la même chose avec les prévisions concernant les cotisations ASSEDIC ... et bien d'autres. Les organismes savent, avec leur conseil d'administration, "prévoir" des cotisations largement au dessus des besoins: il suffit de le mettre à l'odre du jour, et tous les "je m'en foutiste béni-oui-oui" des conseils d'adminnistration "votent". C'est aussi simple que cela. Bien sûr il y a toujours un bon dossier avec plein de chiffres...
Le paritarisme a besoin d'être riche pour être en mesure de se passer de cotisations pendant plusieurs années, d'être propriétaires immobiliers et terriens et d'avoir des personnels "motivés" .... Aucun risque, ils sont "paritaires", et chacun y trouve des "avantages" et des bonnes raisons de ne pas faire autrement. On est loin de l'intérêt de la finalité...
       - on ne va pas renouveler les "fameuses dispositions" qui n'ont concernées que les grandes entreprises, et qui faisaient que les "50 ans" bénéficient de retraites à 75% du dernier salaire. En attendant ça a duré des années, et qui paye ? Sous quels cieux cette disposition a été prise ? Et qui en a été bénéficiaire ? Pas les "patrons".... juste certains groupes. Et pour faire quoi ? pour délocaliser et pour "regrouper" certains services dans d'autres pays accueillant au plus fort avec des fonds de ... l'Europe. Si c'est pas du double, voire triple financement, c'est quoi ???!! Et est-ce que ça va durer longtemps ?
Est-ce que les commerçants, les artisans, les professions libérales, les PME en ont bénéficié ? Non, circulez, y'a rien à voir.
       - les entreprises cotisent encore à l'ORGANIC, la fameuse caisse de solidarité pour les commerçants. Des sommes considérables. Où vont-elles ? L'histoire ne le dit pas, si l'on en juge par les retraites reversées.
       - combien y-a-t-il de caisses de retraites ? Pourquoi sont-elles aussi nombreuses si le régime est si mauvais, et si les risques futurs sont obérés ?
Presque autant que les mutuelles que l'on trouve quasiment a tous les coins de rue, comme les banques, et qui réussissent toutefois, le tour de force d'être "rentables" avec des rentrées proportionnellement moindres que le régime général. Mutuel ! à quoi, à qui ? Là encore avec des Conseils d'administration en faux semblant.
Il y a comme cela des mystères.
La cohérence des programmes
- Et dire que dans le même temps, les mêmes
           - qui veulent la retraite à 70 ans,
                      - pour mieux "construire" les fonds de pension pour "certain" assureur, (pas très éloigné du 2éme candidat, et du négociateur MEDEF)
                      - pour mieux "offrir" ensuite le choix de "partir avant", à coups de cotisations supérieures et de reversements inférieurs (car ça viendra);
           - ne veulent plus de retraités, en licenciant à tour de bras après 45 ans. 
           - en poussant aux pré-retraites
           - se plaignent de la "pyramide des ages" dans les entreprises, dans les ateliers ruraux, ruinant des villes entières, que l'on ferme avant d'arriver aux paliers des conventions collectives et qui font que les indemnités et les procédures sont plus importantes,
           - et font du CRM forcené en direction des "seniors", fort marché, en progression et éminemment solvable !!!
A croire que cette belle cohérence est le mode opératoire des organisations syndicales, qu'elles soient salariales ou patronales.
La découverte de ces 50 dernières années
Autre mystère : ils savent prélever des cotisations superfétatoires tout azimut, et depuis toujours pour remplir les caisses de ceux qui vont faire de "bons placements ... et vers qui ???; par contre on découvrirait en 2.000, qu'il y a eu un baby boum en 1946. Les allocations familiales n'ont pas communiqué les chiffres depuis 50 ans !!
Et donc chacun fait cette découverte aujourd'hui, personne -c'est-à-dire, les mêmes, plus les politiques de tous bords -, jamais n'en a tenu compte. Pas même les grands prévisionnistes.
Et aujourd'hui il faudrait les croire tant dans l'urgence que dans la contre urgence. Sacrés manageurs !!

Et pour être "juste", il faut encore rajouter une couche : le MEDEF est prévoyant : "ça ne concerne pas ceux du baby boum" (donc rendormez-vous); ça s'appliquera en 2023 ... C'est pour vos enfants et vos petits enfants ... mais ça urge ...
MaJ nov 2001 : une grande réunion d'ex futurs retraites : on ne parle plus de 2023, mais de 2050.
Un objectif social de politique socialiste : Racourcir le temps de travail et augmenter sa durée
Et puis d'abord, est-ce qu'ils ont tenus compte, dans leurs "prévisions des effets des "nouvelles maladies", et de celles qui vont arriver avec les OGM, les farines, les produits chimiques qui arrivent tous les jours, de gré ou de force, sur le "marché".... en résumé est-ce qu'ils tiennent compte des effets de "leurs produits" ?

A demander à travailler  jusqu'à 70-75 ans  -enfin à être au chômage de 45 a 75 ans-, autant faire commencer le travail (et les cotisations) à 12 ans, comme au "bon vieux temps", ou comme dans les pays sous-évolués !!
Car Ils sont malins les 2 ou 3 calculateurs du MEDEF en mettant au chômage à partir de 45 ans, en allongeant l'age, et en calculant sur les 25 dernières années, ce sera tout bénéf.
Avis à tous  : commencez à cotiser, dés la maternelle si possible, arrêter vos études (ça ne sert à rien), ou alors devenez exclusivement fonctionnaires.
Les avantages des fonctionnaires : il y en a, ils ne sont pas tous là ..., ça pourrait servir d'objectifs à atteindre, sans avoir à les montrer du doigt... il y a bien d'autres bonnes raisons pour cela :-).
Quelques chiffres
A propos de chiffres : essayer de trouver des chiffres sur les sites Internet ... et bonne chance. ! La gouvernance et la transparence ? C'est quoi ça ?
Général Fonctionnaires Privés
nombre d'années de cotisations 37,5 ans 40 ans
age d'ouverture des droits pas d'age : 15 ans de cotisations (des retraités de l'état à 35 ans. ) 60 ans
salaire de référence 6 derniers mois moyenne des 25 dernières années
indexation des retraites sur les salaires sur les prix,
taux de cotisation salarié 7,85% plus de 10%
total des dépenses du régime2001 206 MdF
couverts par des cotisations 29,5 MdF
déficit net 143 MdF en 2001
age moyen de départ entre 50 et 58 ans 61 ans
calcul années de cotisation * 2% * moyenne des salaires des 6 derniers mois moyenne des 25 dernières années * nombre de trimestre de cotisations
pension moyenne de retraite 12669 Fr 8936 Fr
suppression de la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) 5 millions de retraités non imposables bénéficiaires
retraités Environ 10 millions
Général Fonctionnaires Privés
minimum vieillesse 3654,50 francs par mois pour une personne seule.
Allocation supplémentaire: Le plafond de ressources :
- 3742,83 francs par mois pour une personne seule
- 6555,83 francs pour un couple.
financement des retraites - 25 % de son salaire brut, soit trois mois de salaire par an
Départs à la retraite : 500 000 par an
COÛT DES RETRAITES - 1100 milliards par an
- soit 12 % de la richesse nationale ( au total …il faudrait faire des différences ..)
Les régimes concernent - non-salariés (artisans, commerçants, professions libérales, agriculteurs) : 11 % des actifs (1996);
- spéciaux de salariés (Fonction publique, CNRACL, IEG, RATP, SNCF, etc.) : 21 % des actifs (1996);
- salariés du privé : 68 % des actifs (1996).
Association pour la structure financière (ASF)
cotisation 60 % par l'employeur, 40 % par le salarié
1,96% sur la tranche A (1,16 % pour l'entreprise, 0,80 % pour le salarié) et de 2,18% sur la tranche B - 1 à 4 fois le plafond de la sécurité sociale - (1,29 % pour l'entreprise, 0,89 % pour le salarié).
réserves 17 milliards de francs (1,4 milliard dus par l'Etat ( 700 millions pour 1999 et 700 millions pour l'année 2000).)
AGIRC Association Générale des Institutions de Retraite des Cadres
cotisations 1999 3,1 millions de cadres du secteur privé
68,4 milliards de francs en 1999.
Soit une moyenne de 22.064 Fr soit 1.838 Fr par mois
20% du salaire compris entre 1 fois et 8 fois le plafond de la sécurité sociale.
9,36% en 1993
20% en 1999 (12,50 % pour l'entreprise, 7,50 % pour le salarié).
reversement en retraites 75,1 milliards de francs
à 1,7 millions de bénéficiaires.
Soit une moyenne de 44.176 Fr, soit 3861 Fr par mois ??!!
résultat négatif de 676 millions de francs. (alors que la différence entre les cotisations de l'année et les reversement aux retraites représentent - 6.7 MdF !!)
ARRCO Association des régimes de retraite complémentaire
cotisations 1999 18 millions de salariés du secteur privé
153 milliards de francs.
Soit une moyenne de 8.500 F soit 708 Fr par mois
taux de prélèvement (cotisations) 7,5% sur la tranche A (part du salaire ne dépassant pas le plafond de la sécurité sociale, soit 14 950 F)
12,5% sur la tranche B (1 à 3 fois le plafond de la sécurité sociale) pour les non cadres dont le salaire est supérieur au plafond de la sécurité sociale.
5% en 1993
7,5% en 1999 (4,5% pour l'entreprise, 3 % pour le salarié).
reversement en retraites 144,3 milliards de francs
9,4 millions de retraités.
Soit une moyenne de 15351 Fr soit 1279 Fr par mois
résultat positif de 18 milliards de francs.
Les liens informés
Site du gouvernement
Rapport CHARPIN
Régime général de base de Sécurité sociale
Caisses nationales
CNAV Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse des Travailleurs Salariés
CNAMTS - Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés 
CANAM - Caisse nationale d'assurance maladie des professions indépendantes 
MSA - Mutualité sociale agricole 
CNMSS - Caisse nationale militaire de Sécurité sociale
CAVIMAC  Caisse d'Assurance Vieillesse, Invalidité et Maladie des Cultes
LCFE  Caisse des Français de l'Etranger
CNAVPL  Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse des Professions Libérales
CNBF Caisse Nationale des Barreaux Français
CNRACL Le site de la Caisse Nationale de Retraite des Agents des Collectivités Locales
Autres et complémentaires
ORGANIC retraite des commerçants  
AG2R - La protection complémentaire des salariés non-cadres 
AGIRC - La retraite des cadres
ARRCO - La retraite complémentaire des salariés
PROBTP Caisse de cotisations du Bâtiment et des travaux publics 
CANCAVA Caisse de retraite des Artisans.
CARMF Caisse autonome de retraite des médecins français 
PREFON : Complémentaire fonctionnaires 
IRCANTEC - Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l'Etat et des Collectivités publiques 
Fonds de pension
PRÉFON-RETRAITE - Caisse nationale de prévoyance de la Fonction publique 
FONPEL - Fonds de pension des élus locaux 
CPRSNCF Caisse de Prévoyance et de Retraite SNCF
Fonds de Solidarité Vieillesse
Autres Informations
COR Conseil d'Orientation des retraites
Observatoire-retraites
Retraite.info
ATTAC - Dossiers
Service-Public Tout sur les droits, démarches ....
Espace-retraite
Banque de données juridiques inter fonctions publiques
CDC retraites
Rapport de la Commission et du Conseil Européen
A quoi  va aboutir tout ce brouhaha
Comme à l'ordinaire :
      - à une augmentation des cotisations, à une diminution des rentes, à un alourdissement des prélévements sociaux, et à l'allongement de l'age de la retraite: le progrés façon moyen age.
       - à la mise en place des fonds de pension, dont on voit pas trop pourquoi on les réserve aux seuls fonctionnaires -si c'est une bonne chose (faut voir)-, contre la retraite à 60 ans.
A la louche ca va nous faire 10.000.000 de salariés, avec une cotisation "volontaire" disons de 10%, ce qui nous améne à l'équivalent de 1.000.000 de salaires de cotisations. Qui seront placés par les organismes gestionnaires - aie ils risquent d'être paritaires !!-, auprés des banques, qui les placeront auprés de qui ??? ben y'a pas beaucoup de choix... les entreprises des "négociateurs" ...
Comme d'habitude, on applique le systéme de la boucle. Par contre ça, c'est de la bonne "prévision". Aucun risque de se tromper là dessus.
Entre autres bizarreries (appelons ca comme ca ) : les syndicats sont pour les fonds de pension, actuellement "réservés" aux fonctionnaires, et viennent crier au loup lorsqu'il s'agit de les appliquer au "privé"... allez donc comprendre ....
Des clairs obscurs dont on ne parle pas
Il y a d'autres questions qui devraient se poser. Par exemple:
- pourquoi des plafonds de cotisations sur les retraites et ce qui les environne ? On peut comprendre sur la santé (on n'est pas malade proportionnellement au salaire). Mais pas forcément pour les indemnités journalières.
Pas plus que pour les retraites, et bien d'autres cotisations, comme le chômage ….. Ou alors il faudrait plafonner les "retours". Les plafonds sont une sorte de solidarité des moins payés vers les plus payés.
Un peu comme ailleurs : les cotisations des "gros" ou des "grands" sont aussi plafonnées. Encore des solidarités. Par exemple : les cotisations des organisations patronales. Au plus je peux payer, au moins je paye. On peut comprendre qu'ils n'en fassent pas parti, s'ils trouvent ça trop cher. Par contre s'ils sont à l'intérieur, ils en retirent la même chose, en proportion que leurs petits "collégues". Pourquoi moins payer pour un même service ?
Des accords paritaires sur le dos du petit peuple
Quand aux retraités actuels futurs : leur retraite sera calculée sur la moyenne des 25 dernières années * nombre de trimestre de cotisations : avec ça on comprend mieux pourquoi "on" licencie à tour de bras après 45 ans ….: on pompe le max avant, et on reverse à minima …
Et personne n'a rien dit lorsqu'ils ont fait leur "accords": pas même les syndicats "ouvriers". Je connais pas mal de "patrons" qui ne sont pas fiers de cette disposition inique.
On comprend aussi pourquoi les "syndicats" sont en réalité les syndicats des fonctionnaires. Ils se sont bien gardés d'adopter les mêmes mesures pour les fonctionnaires. Ce qui est bon et/ou indispensable pour les uns, ne l'est pas pour les autres.
C'est pas motivant les syndicats du "privé", mais c'est pratique pour "réformer".
En attendant ce sont eux qui gèrent … enfin qui occupent les siéges ….. sans oublier d'encaisser les "indemnités" à titre de personnes morales et de personnes privées.
La situation des signataires
Je voudrais être une mouche pour savoir qu'elle est la caisse à laquelle les signataires/ personnes physiques de l'accord cotisent. Il est tellement plus facile de prendre des accords pour les autres. C'est ça réformer dans l'intérêt général. A moi le beurre, et aux autres le saindoux... je signe, aprés négociation longue, pénible, se terminant tôt le matin bien sûr.
Les objectis et la finalités de tout un chacun
Au total: on travaille pour que les situations, les nôtres et celles de nos enfants, deviennent pires…. Très beau projet de société ! Félicitations générales aux acteurs économiques, politiques et administratifs.... et notamment ceux qui ne sont pas au mémé "régime".

Le Manageap

Tout est simple. Rien n'est facile.
La différence  ?.....le savoir