Actus Internet and Cie
L'euro Manageap
Start Up
Sommaire
La création d'entreprise , y compris start up, obéit à un certains nombre de régles, de ressentis, d'obligations, de devoirs, d'impératifs, y compris ceux liés au hasard. Statistiquement, il y a plus de chance de déposer le bilan que devenir millionnaire. D'autant plus que cette aventure, dans notre cher pays de Gaulle n'est pas, malgré les voeux et les fantasmes, ce qui se fait le plus simplement.
Au contraire tout est fait pour empêcher.
L'Etat y est pour beaucoup.
Mais le 'privé' (qui prône le libéralisme, l'esprit d'entreprise, la concurrence)   y est pour beaucoup plus encore.
aaie.gif (222 octets)
cale1010.gif (55 octets)
aaieb.gif (204 octets)

aaie.gif (996 octets)
cale1010.gif (55 octets)
aaieb.gif (204 octets)
aaie.gif (996 octets)
cale1010.gif (55 octets)
aaieb.gif (204 octets)
aaie.gif (222 octets)
aaieb.gif (204 octets)
aaie.gif (996 octets)
aaieb.gif (204 octets)
Start up ?? Start down ??
Start down ?
et alors !!
Quoi de nouveau sous les cieux ?
Qui connaît le nombre de fabricants d'automobiles, de vélocipèdes lorsqu'ils sont apparus en France ? Des milliers ....
Comment se sont faites des fortunes, et combien se sont défaites ?
L'histoire se renouvelle….
Et comme encore et toujours certains veulent tout …
Mais il est fort possible que cette fois, ça ne soit pas si facile….
Alors aidons les pionners, ces fous qui font avancer ... et combattons en rangs serrés les faux constructeurs, petits et grands.
Une entreprise n'a pas la vie éternelle.
Valorisation de l'immatériel
Pour valoriser une "entreprise Internet", ou de la "nouvelle économie", il y a un grand nombre de manoeuvres subtiles (plus ou moins). Sur Internet, lorsque l'on s'inscrit sur un site marchand (plus ou moins), chaque inscrit est valorisé, correspond à un montant capitalisé (à défaut d'être capitalisable, et encore moins mobilisable) pour l'entreprise auprès de laquelle le joyeux internaute s'est inscrit. Suivant les latitudes, l'importance du site ou de l'entreprise, et l'accord plus ou moins tacite des "investisseurs", le montant de la valorisation va de 30.000 F à 60.000 F, et même plus.
Faisons un rapide calcul:
Je dois être inscrit auprès d'une bonne centaine de sites.
Je vaux donc 100 fois de 30.000 F à 60.000 F, soit 3.000.000 f à 6.000.000 F.
C'est à se demander pourquoi j'ai des problèmes d'argent !!!.
Et c'est comme cela que certaines entreprises sont valorisées à des montants faramineux.
100.000 inscrits à 30.000 F, c'est mieux que le loto: ca fait 3.000.000.000 F, soit 3 MdF. Y a-t-il des experts comptables et autres commissaires aux comptes, voire même commissaires aux apports  ??!!  Ils signent ??

Bien évidemment, en réalité comptable, je vaux pour chacun des sites, non pas une multiplication isolée, mais une division collective, soit de 300 à 600 F. Et c'est déjà pas mal. Reste à savoir pendant combien de temps. CRM oblige.
Et combien vont-ils dépenser pour me "garder actif" ou pour que je le devienne ?
En matière de chiffrage de l'immatériel, on a confondu immatériel et virtuel.
Du coup les spécialistes de l'immatériel, ont été pris de vitesse -faut dire aussi qu'ils ne sont pas trés "rapides"- par les opportunistes du  virtuel, et ont ravalé leurs espoirs et leurs travaux. 
Mais, dommage pour eux, les opportunistes du virtuel ne le sont pas ... virtuels.
Il y avait de quoi rendre plus certains des chiffres "immatériels" en mettant en oeuvre des méthodes intelligentes.
On attendra, car ça n'est toujours pas fait.
Les spoliés de la E-économie
Il parait que des comptes vont être demandés par les spoliés investisseurs de la E-économie à un certains nombre d'intervenants qui pourraient être :
     - les dirigeants des entreprises, qui faisaient des annonces de 10éme merveille du monde,
     - les investisseurs, dont notamment les "business-angels qui affirmaient rechercher la multiplication par dix avec, dans le même temps le déploiement d'une grande technicité pour "choisir" les entreprises en fonction des qualités des hommes - la belle époque où un BTS de gestion tout frais sorti, était recruté -en CDD- comme "banquiers", financiers .... .
Il y aurait  aussi d'autres intervenants,
     - certains supports de "news", voire même de trés sérieux quotidiens, hebdomadaires, journaux spécialisés et autres journaux télévisés, qui faisaient de l'information publicitaire.
Maj novembre 2001 : quelqu'un a-t-il entendu parler de poursuites engagées ?

Dans le même temps, nous écrivions.....

<<.... certains business plan viendront à la surface, seront publiés sur Internet; histoire de voir comment leurs superlatifs se sont traduits dans les chiffres, et comment certains ont été amenés à juger ceux-là en les soutenant; à comparer à ceux, les plus nombreux qu'ils ont "savamment refusés".
<<les abus seront contre battus par les échecs et les excès inverses.
Comme toujours. Et ca, ca reste et restera encore d'actualité ...

<<Quant aux échecs : on a vu les grands clercs venir à la gamelle des génie(s), des concepts, des business plan, porter des regards envieux, courir les rendez-vous de "l'homme en vue", et cela à longueur de colonnes, de communiqués et de communications diverses.

<<Les mêmes viennent aujourd'hui à la gamelle des échecs.

<<Il faut des décennies pour faire un secteur.
Internet ou pas Internet, il faudra aussi du temps.

<<tout est fait pour alimenter les clics, les hits, les pages visitées et une valorisation qui ne s'est faite non pas sur des critères objectifs, mais sur des spéculations entendues.
Et ca, au moins, c'est visible depuis le début, (début 1999).
C'est visible et lisible.

<< Vite il faut être sur Internet.
Oui peut être pour retenir un nom de domaine.
Pour le reste : "ne te dépêches pas .. nous sommes pressés."
Reste les exceptions, et/ou ceux qui sont prêts.

<<Peut-on faire vivre d'une exploitation sur Internet.
Oui, mais pas pour la majorité des entreprises.
Dans l'entre-temps, les sociétés qui ont tout basé sur leur capital, les tours de table et l'exploitation Internet dépendront de la "remise au pot".
Et s'il n'y a pas remise, ça sera pas de pot.

<<Y a-t-il des experts comptables et autres commissaires aux comptes, voire même commissaires aux apports ??!! Ils signent ??

<< Ca va être le début des règlements de comptes dans de nombreuses directions
- de ceux qui nous ont fait des actualités ronflantes; certains vont même prendre les devants avec les "je l'avais bien dit".
- de ceux qui ont cru que le virtuel couvrait aussi leurs responsabilités: une sorte de responsabilité virtuelle
- de ceux qui faisaient des inscrits, et autres membres à coup de "inscrivez-vous gratuitement et gagnez une voiture". Tu m'étonnes que des centaines se soient inscrits. Pas pour autant qu'ils deviennent des clients, ou qu'ils reviennent sur le sites y faire des achats de 1ère nécessité. Il y en a un qui a réussi comme ça son introduction en bourse.
- de ceux qui sur Internet, ont, avaient, la prétention d'être moins chers que moins chers, en abondant les prix grâce au tour de table.
- de ceux qui ont crus qu'en étant partout présent, il laisserait croire qu'ils ont les qualités des "nouveaux" manageurs, avec les talents d'anticipation, de vision, de leadership, de gestion des changements, ect....
- de ceux, qui avec un petit bagage de bidouilleur d'html ont réussi à faire croire qu'ils avaient le génie de l'inconnu.
Encore quelques temps et le règne des "cons couilles bittes culs" commencera à être révolu, avec ou sans les télés qui persistent -ne sachant quoi faire d'autres-, les pubs et la frénésie parisienne des manges tout.
etc…

Que recherchaient les spoliés d'aujourd'hui lorsqu'ils étaient les 'golden investisseurs' hier ?
Quant aux "spoliés", éternelle histoire des arnaques à la bourse: que recherchaient-ils ?? sans doute pas des super bénéfices !!
Non, ils investissaient dans des oeuvres de charités pour le bien de l'humanité. Ils auront bien du mal à nous le faire croire :-)
Un petit coup de pousse toutefois: comme à l'ordinaire, il y a ceux qui se voient -payés pour être vus- et les autres, ceux qui payent pour rester cachés (et encaisser bien évidemment).
Suivez les gros sous; histoire de savoir d'où ils viennent et où ils sont allés.
Bon, autant donner la réponse : toujours les mêmes...
Rendez-vous des Start Up ou "rendez-vous les Start-Up"
Les fameux rendez-vous, avec les badgés de vert et jaune, plus les blancs et autres couleurs. Le rencards des paons, des furets, des renards, des loups et autres jeunes cadres dynamiques. Les sérieux sont noyés, légèrement "out". Ceux qui ont traduit "start up", par "jeunes pousses d'entreprise" ne l'ont pas fait innocemment. Ils auraient même pu faire mieux ...
Toutefois parmi ces starts up, il existe des gens sérieux (pas les plus nombreux, comme en face, et comme "dans la vie"). C'est à ceux la que je m'adresse aujourd'hui.

Imaginez que vous ayez besoin d'un service de veille technologique, pour être informé de ce qui se fait dans votre activité, parce que vous êtes important,  que vous voulez le rester (parce que vous craignez la moindre ombre), l'être encore plus, ou le devenir. Imaginez le coût et le temps à, passer, si vous voulez être informé de façon quasi exhaustive.  Rapidement, peu importe l'activité, vous allez aboutir à un coût élevé.
Il vous faudra travailler, avoir des idées, du talent, cumuler les savoirs, et cela dans des délais de plus en plus brefs, et  une courbe d'obsolescence de plus en plus courte.

Comment faire ? :
le meilleur et le plus efficace des moyens de KM et autre Bench est de financer les "autres". Rien que par effet d'annonce,  vous obtenez immédiatement un volume d'informations inégalé. Rajoutez  une promesse de financement au "vainqueur", (et rien aux autres, que l'on appelle à payer pour "étudier" leur dossier !!) avec jury le plus propre possible, et  vous alimentez le nombre et la qualité.

Avec un minimum de dépenses, vous obtenez un rapport de plus de 100, voire beaucoup plus, avec des dossiers impeccables et le meilleur niveau technique.
En plus, l'Etat vous finance, et dans des proportions sans commune mesure comparables avec les dépenses de création d'un service ou d'une entreprise.

En primes, les effets induits, pub, images de générosité, reconnaissance etc .. etc ... tout bénéf. De quoi alimenter les "partenaires" et autres filiales de filiales.
Il faut bien amortir les tours de table, les dépenses et les erreurs ...

Bien sur, tout cela est imaginaire. Méfiance tout de même.
Dans le flot des nouveaux E-arnaqueurs, certains sont sérieux. Mais ils n'ont pas la communication "dynamique du moment" : c'est comme cela que vous les reconnaîtrez ..
 

Le Manageap

Tout est simple. Rien n'est facile.
La différence  ?.....le savoir