La Lettre du Manageap
L'euro Manageap
Des commentaires, autres regards, humeurs; l'impatience face à l'inertie, aux avancées en rétro arrière, aux extravagances des faux pionniers alchimistes.
Chroniqué



Une bonne fois expliquez leur ....
Tout le monde a remarqué le type de communication des grands chefs de ce monde. On les voit tous, notamment les BB, Blair Busch, arriver aux pas cadencés à leurs conférences de presse, à leurs déclarations devant le parlement, avec l'air martial, venir faire des démonstrations par les évidences de preuves qui devraient les mener directement devant les Tribunaux tellement c'est grossier, vulgaire. La seule preuve qu'ils montrent est celle de leurs mensonges.
" Au lieu d'apprendre à parler, la plupart des Hommes et femmes devrait apprendre à se taire"

Ils nous parlent avec des gestes "neufs" du buste, de la main, à un point tel qu'on se croirait au bistrot italien.
Alors SVP, dites leur, (y compris à un 1er de chez nous qui se lance dans la chose les 2 pieds en avant), que, par exemple, brandir le poing, en toutes occasions, sur tous sujets, pour montrer une détermination, une volonté etc.. ça n'aboutit à la fin qu'au contraire du soi-disant but recherché .... Et ça devient guignolesque.
Le comble a été atteint par notre cher Blair compatriote (et oui) Européen et un de ses Ministres lorsqu'ils sont venus, pour la deuxième fois, présenter au Monde un rapport en preuve irréfutable, concernant l'Irak. Avec le même succès que le précédent, plus une nouvelle tartine de bidonnages grossiers. Ridicules à l'excés, tous les deux sont arrivés aux pas cadencés et dans le même temps, comme de braves petits militaires du rang faisant leurs classes. Et regardez les ! en admettant que ce sont des hommes d'Etat, franchement, ont-ils l'air 'martial' ? Tout au plus ont-ils l'air d'ados en mal de l'être, qui se cherchent et n'arrivent pas à se trouver, tout en croyant y être parvenu. 
Et nul besoin, aussi, de hurler pour faire montre d'assurance, de rectitude, ou d'accompagnement de la parole comme on dit dans les cours de communication, etc... Hurler .... ça n'attire qu'une seule chose ... les hurlements. C'est utile quelque fois ...mais pas en toutes occasions. Là encore, s'habituer à cette méthode la rend inopérante, et va vers le contraire.
SVP ne les laissez pas se noyer .... on ne tire pas sur les ambulances...
Arrêtez de croire qu'il faut être acteur pour réussir en politique !!
Etre acteur, en politique, c'est utile pour mentir. Et seulement pour ça.
Pour imager : On ne cherche pas à être distingué; le faire c'est être au coup sûr le contraire. C'est un quasi comble de la vulgarité. On l'est. Un point c'est tout. Et ça vaut pour bien d'autres qualités.
Ne confondez pas les concours de circonstances, même bien "utilisés", bien négociés, avec les qualités personnelles de ceux qui en bénéficient. La victoire, comme la vie, commence toujours par une formidable hasard; quant bien même ne serait-il que génétique.

si vous avez vraiment envie d'être "acteur', allez vous présenter aux élections des US.

Mais têtus, vous me direz, "mais ça marche aux US. Busch met un treillis pour parler aux militaires (non "devant" des militaires), un ciré pour parler aux pécheurs " ...., Le jour où il visitera une nurserie, il mettra des langes. Et puis bon, comme pour les autres "airs martiaux", il doit culpabiliser d'avoir été planqué par "papa" à la garde nationale, pendant que papa menait la guerre au Viet nam, avec les autres papa guerriers sous abris... et à quelques dizaines de milliers de Km.
Mais il est vrai que ça marche aux US. Alors si vous avez vraiment envie d'être "acteur', allez vous présenter aux élections des US.
Ici c'est un piége à ... j'ose même pas le dire. Pas étonnant que les cours viennent des US ...  :-) 
Et enfin, même avec les meilleurs cours du monde et d'ailleurs, un acteur peut être et rester mauvais. Inutile donc d'en rajouter. Et au-dela, un acteur bourré comme un coin, même de grand talent, apparaitra trés difficilement sobre.
Et comme disent les professionnels de la profession à l'école, en 1ère heure de la rentrée de 1ère année : dans communiquer, y'a aussi commun.
Alors pourquoi s'obstiner à ne retenir que le reste ??
Et in fine un proverbe presque chinois : " Au lieu d'apprendre à parler, la plupart des Hommes et femmes devrait apprendre à se taire". Car en réalité, le probléme est là.

Chômage, patronat, syndicats "ouvriers" ... des lumières
Grande nouvelle : le patronat et les syndicats ont conclu un accord en vue de donner plus d'attractivité aux entreprises, plus de compétitivité aux entreprises Françaises, plus pour la relance de l'activité et de la consommation, plus pour diminuer les charges, plus pour créer des emplois etc.... 
Depuis le 20 décembre, ils ont conclu :
1 - de baisser (globalement) les versements aux licenciés chômeurs, et
2 - d'augmenter les cotisations patronales et salariale.
G é n i a l .....
Et comme le reste, c'est conforme, rationnel, cohérent, pragmatique et visionnaire ....
Au fait, le succès sans précédent du PARE, on voit ce qu'on voit, ou on voit ce qu'on voit pas ?
Deuxième autre "au fait" : c'est quand qu'on supprime ce système de double cotisations patronales et salariales, qui ne veut rien dire et n'engendre que des opérations idiotes et inutiles ?
Et à y être, c'est quand que les syndicats vont commencer à avoir des idées du siècle et sortir de celles de l'avant dernier ?
Empoignades à l'Assemblée
A propos des nouvelles dispositions d'élections aux Régionales et Européennes Le dossier
Un projet de loi de modifications des modalités de votes et des dispositions de financement, une concertation des partis, un accord tacite, un retour vers le parti majoritaire, des modifs, une arrivée devant l'Assemblée, un tolé de tous les autres partis, 12.000 amendements déposés, et in fine l'application de l'art 49, et un refus de la motion de la censure. Et enlevé, c'est pesé..
Les mots : passage en force, parti unique, bipartisme, ..... et alors ça surprend qui ?   Ca étonne qui ? même sans ces dispositions on y allait. Ces dispositions sont aussi démocratiques que celles qui régissent les fonctionnements internes des partis ... tous ....
Et c'est comme cela que l'on vote, non pas pour des "hommes", mais par dépit, défaut de choix, pour une orientation "vers" celles d'un parti. Et c'est comme cela que l'on en arrive à des élus physiques qui n'ont rien à "communiquer". Et la boucle est bouclée. Comme prévu.
Plus précisemment encore, c'est comme cela que, comme aux USA, qui même dans ce domaine sont la référence, que comme en GB, qui là aussi suit et confirme, qu'il y a des élus démocratiquement avec 60% d'abstentions. Quant à la chère France, malgré ses réserves, elle y vient de gré ou de force ... entre 1979 et 1999, le taux d'abstention est passé de 39 à 52 %. Encore un petit effort et on rejoint les grands de ce monde.
Bon allez, un peu de pétrole à ceux qui se sentent floués à l'assemblée, comme le monde le sent pour l'Irak ... avec la loi du plus fort...  :
Il ne suffit pas de modifier les dispositions du vote pour gagner les élections .... les élections se gagnent ... avec les votes. Et en l'occurence, il y en aurait des stratégies à mener ... AVEC ces nouvelles dispositions, pour gagner, voire même laminer les autres aux futures élections.
En attendant, dans le moment, si les US se relient à internet et assistent aux ébats de l'Assemblée, ils doivent se dire que décidément "ils ne vont pas bien les mangeurs de grenouilles et d'escargots"...
Empoignades feutrées et prudentes autour de la Gouvernance
Après les scandales Américains (scuse-me) Français (pas tous  ... suivez le fil des flux financiers), sans compter les autres qui ne sont pas moins nombreux, le Monde entier se penche sur la Gouvernance, la régulation, la transparence, et pourquoi pas la "simplification" du fonctionnement des entreprises.
Et la machine à rapports, à projets de lois, à chartes, s'est mise en marche. Chacun des renards se chargeant de réclamer le fonctionnement du poulailler. Et bien évidemment ça fonctionne, et tous détiennent la vérité première et la légitimité.
Devant ce nouvel élan purificateur, d'autres se sont mis en marche, flairant soit les remises en cause, soit les marchés à prendre. Et chacun y va pour essayer de se caser, comme les "petits" actionnaires, éternels "grands" spoliés, qui se constituent en associations, avec et surtout les membres fondateurs et du bureau, futurs représentants de représentants.
Mais aussi, les lobbiistes, les avocats, les "conseils", les comptables, commissaires aux comptes etc.... chacun y va dans les coulisses pour installer ses couverts. TOUTES les instances, jusqu'à la Commission Européenne, y vont de leurs avis, demandes, visions et prospectives, incluant les défauts du passé, actuels et futurs. De quoi créer une machine à gaz qui va, et c'est le but de la manoeuvre, rendre complexe ce qui n'était en réalité que malhonnêteté, dans le but de donner une virginité à ceux qui se sont livrés à quelques fantaisies ou en étaient les complices, voire les partenaires ou bénéficiaires au pourcentage par créances interposées.
Et viennent sur le tapis des grandes dispositions philosophiques, morales, techniques. Le tout avec pour let motiv la "régulation", la mise sous surveillance du "chef d'entreprise", des conseils d'administration, de surveillance, et une grande qualité  "l'indépendance".
Nul besoin d'être un grand clerc pour en arriver à se dire qu'avec la recherche de la définition de l'indépendance, on en arrive au serpent qui se mord la queue.
D'autres malins  y vont de leurs associations d'administrateurs "indépendants"...  avec jetons de présence à l'esprit, bien évidemment sous forme de participations aux multiples comités de fonctionnement des grandes entreprises. Car, il ne s'agit que et quasi que de ces entreprises.
Mais s'il y a un marché à élargir à toutes les entreprises, c'est tout bon à prendre aussi.
De la complexité vient la technicité ... et inversement...

avec son lot nécessaire d'apprentissages et d'expériences. Et au plus c'est complexe, ou plus il faut de technicité et de compétence, non pas pour faire, mais pour gérer le brouillard. Et là, comme ailleurs, il est devenu indispensable de faire appel à des formations au complexe. Et qui dit formation dit école... dit étudiants et professeurs.
Et on va réinventer ce qu'il faut "être pour être", un chef d'entreprise, avec une armada de bien pensants qui d'une façon ou d'une autre, par un simple baillement, à fortiori rémunéré, seront là pour justifier des errements (de la gestion), ou pour les partager. Rien d 'autre : les grands techniciens sont des "fusibles", et quantités de grands en devenir les accompagnent. Bien évidemment pour en arriver là, il y aura au préalable des batailles de pouvoir, juste le temps que les équiibres se mettent en place. Aprés ça recommencera, et on recommencera ..... (recommencer la lecture au début de l'article)..
Une idée :les conseils de gestion, commissaires aux comptes etc. : interdiction de signer leur lettre de démission avant celle du contrat d'intervention. Pas seulement dans les entreprises ....
Une autre : réviser les enseignements dans les grandes écoles: Enseigner les richesses de l'art pour mieux en appliquer les bassesses. Revoir les recrutements des chefs. Se demander comment il est possible de gérer des milliers d'entreprises dans le même temps, en laissant le pouvoir là où il doit l'être.
Une troisème : L'activité durable par la valeur ajoutée territoriale.
Une quatrième : banques, assurances et organismes financiers : interdiction de participer directement et indirectement aux conseils d'administration et autres organes de fonctionnement d'une quelconque autre entreprise.
Une cinquième : sortir de la gestion de l'entreprise, tout ce qui concerne les acquis économiques et financiers d'un autre groupe d'intérêt (fond de pension, de participation, d'interressement etc ....)
Une sixième : création d'organismes financiers chargés de financer les besoins d''exploitation des entreprises. Stop aux financements par les banques.
Et d'autres : Interdiction des Assurances crédit, Stop aux paiements différés, provisions/répartition de tout encaissement. voir aussi

Nota : ceci n'est pas anecdotique : ces dispositions sont susceptibles de créer, recréer l'esprit d'entreprise, avec, entre autres effets, un retour à la notion de "patron" d'entreprises. Celui qui sait qu'il faut allier les intérêts de la personne morale "entreprise", et qui aujourd'hui n'est rien d'autres qu'une chose anonyme. De la Société anonyme on n'a retenu que l'aspect anonyme.
Sortir de la relation : pour obtenir des richesses, on applique les bassesses. Pour se portéger des bassesses, on recherche la compléxité (compris par la "simplification").
Au fait, vous voulez "simplifier" ? : limitez le nombre de polytechniciens, d'Enarques, d'Inspecteurs des finances : la complexité est leur gagne pain. Au plus ils sont nombreux, au plus la complexité descend dans le détail intellectuel, moral, juridique, économique, et ... géographique. Une élite nombreuse n'est plus une élite.
Mais pas d'affolement, tout ceci n'est pas pour demain ...

La Turquie : candidat à l'Europe et au Mercenariat
“La Turquie réclament 32 milliards de dollars aux Etats-Unis en échange du stationnement des troupes américaines en prévision d’une attaque de l’Irak. Washington propose un montant de 26 milliards de dollars, dont 6 en dons et le reste en garanties de prêt.". Proche-Orient Infos
Avec quelques soldes de la main à la main, sur un compte neutre, indépendant, voire insulaire ...  ??
Le prix de la morale. Une affaire de boutiquiers pour des mercenaires résidentiels.
Tant qu'à y être : combien les Américains ont-ils réclamés à leurs alliés en 1991, et en 2002 pour "participation à l'effort de guerre" ??
Autrement dit : combien les "alliés -dont la France, l'Europe .. - ont-ils payés pour subventionner les concurrents, dont la sidérurgie, les avionneurs, et autres pharmaco-agricolo-OGM.... ??
Et combien la Turquie a-t-elle prévue de reverser à l'OTAN pour la 'protection' qu'elle a réclamé à corps et à cris ??
On a beau dire.. ils sont forts ces Américains.
Sûr que si c'était "gratuit", ils auraient plus d'alliées !
Question de morale éthique...  Il ne faut plus se refuser le pléonasme, car le nombre de morales obligent à la qualification.
Comme pour la Gouvernance d'entreprises ??
Les Américians et les Anglais traitent les Français de tous les noms d'oiseaux
J'ai lu ici où là : grossiers, menteurs, vantards, sales, puants, arrogants, tricheurs, voleurs, mangeurs de ceci et de cela, des veaux, des cochons, des matuvus etc.
Bon je n'ai rien trouvé de nouveau. Tout ça je le savais. Et depuis longtemps. Je ne vois aucune insulte dans tout ça. Moi, je ne suis pas concerné.. je n'aime pas le fromage.
Et j'en connais des Français, un bon peu, qui ont ces qualités et bien d'autres. Pas besoin de creuser profond pour les trouver. Et je les ai même vus en touristes, tant en France qu'à l'étranger... et c'est pas triste. Jeunes ou vieux, même combat.
Je connais peu d'anglais et d'américains US. Et ceux que je connais n'ont pas ces qualités.  Mais je me doute qu'il y en a bien 2 ou 3 ou quelques millions, qui eux aussi doivent avoir ces qualités et d'autres.
Notamment ceux qui proférent les insultes; ce qui ne fait pas "les" américains ou "les anglais". Chez nous, ceux des bistrots des coins ne font pas "les" Français. Et là, si j'en crois leurs discussions imagées, et sans doute bien informées, surtout aprés quelques apéros, "les" américains et "les" anglais auraient même des qualités inconnues jusqu'ici. C'est dire ....!! Remarquez que ce sont les mêmes mots que l'on y entend, par exemple par temps d'élections; une sorte de "les français parlent aux français".
Quant à Busch, je ne sais s'ils le connaissent personnellement, mais alors, lui, il a une encyclopédie de qualités. A décharge, il faut dire qu'il a un naturel qui s'y prête, et qu'en plus il en rajoute jusqu'au boutisme poussé par des "conseillers" experts en la matière. Rajoutons les fans de même calibre à l'étranger, Aznard et Blair, commis voyageur es guerre et cirage à pompes, il a tout pour alimenter les conversations bistrotières ou jet-setteuses.
A mon avis les journalistes et "Hommes" politiques américians qui se livrent à cet exercice doivent aussi posséder ces qualités vertueuses. Ce qui les rend remarquables, ce qui doit être pour eux le but de la manoeuvre. Leur souci doit être de rechercher la bagarre par l'insulte, dans le but de crédibiliser les théses -si l'on peut dire- du Présivatenguerre des USA. Si si, ça doit être ça.
On pourrait même supposer qu'il y a des vendeurs américians et anglais qui doivent promouvoir le boycot, histoire de faire quelques affaires.
Mais tous ont un point commun, une qualité, que je ne sais pas trop traduire in english ...la Co...erie.
Et ça, ce n'est pas ce qui manque à la surface de notre globe dans toutes les couches sociales, économiques, religieuses, politiques .... Si l'on s'abreuvait à cette source, il y aurait exédent et noyades permanentes.
Et si les vrais fauxcons du gouvernement des US ont tout prévu  pour être pret et rassurer la population (??!!) et se protéger contre les menaces massives irakiennes, par contre ils ne disent rien pour se protéger de la bétise. Et pour cause ..
Et pour se tenir informé en direct : USinfos et Voix de l'amérique
Et à l'ONU
En avant la Guerre ... et la Victoire
Le grand plan : Depuis des années, les excessifs sont au pouvoir, parce que contrairement à une image reçue, il y a moins de démocratie que l'on peut l'imaginer, notamment avec la bi polarisation de tout; économique, politique,   la main mise des "partis". Ce qui conduit à des élections avec 60% d'abstentions.
Guerre entre multilatéralisme apparent et bilatéralisme. Il est sûr que le danger ne peut venir que du couillon qui appuierait sur le bouton

Et aux US, ils ont compris que le "multilarisme n'est pas à l'avantage de l'absence de démocratie". Imagine-t-on les maffias dépendre de la décision d'une masse d'extérieurs !!. D'ailleurs le multilatéralisme est-il une réalité, une apparence, ou un devenir.
Depuis des décennies, leur jeu -des US-  va vers le bilatéralisme qui permet d'être hors des décisions à "partager", des normes à respecter, des contraintes à débattre, à appliquer. Tout pour être impopulaire. Surtout qu'en face, il y a foule de demandeurs, quémandeurs de solidarité durable, de partage durable, à prendre durablement aux plus "riches" durables qui n'ont de plus que des dettes morales durables à mettre en face des dettes durablement - ö combien-   financières.
Alors , pour fuir la horde, tout pour le "libéralisme" c'est-à-dire l'égoïsme, l'individualisme -avec l'espoir du "rêve Américian", qui n'est rien d'autre que l'espoir du jack pot-, égoismes en groupe, individualisme d'etat, de pays.

Et cela touche tous les domaines. Aussi refusent-ils tout accord autre qu'à leur seul avantage, avec le support quand utile d'un ou plusieurs supports multilatéraux, mais complices bilatéraux, comme ils reviennent unilatéralement sur les accords passés et s'asseoient sur toutes répercussions extérieures pour toutes décisions à prendre à leur profit.

Ca n'est pas compliqué. Ils appliquent, sous d'autres formes, les principes des joyeux communistes du bon temps. Ils élévent au rang de vertu universelle le non respect de tout.

En plus, avec l'Irak, aprés la "victoire glorieuse", ils auront aussi la morale, l'esprit "libérateur". Ce qui sera "légitime". Et les opinions mondiales se retourneront comme des crépes. Des millions de paires d'yeux vont se river au loft Irak.... avec le lot immuable, d'experts es Télévision, en guerre, en paix, en psychologie, en géopolitiques, en stratégies... et des quantités de livres à papiers tous plus informés que les autres.
On n'a pas fini de voir les images des Irakiens libérés baiser les pieds des forces libératrices, et au passage venir bruler et cracher sur les drapeaux des diaboliques absents et non libérateurs. Il ne restera pas grand monde pour pleurer Saddam.
Comme on n'a pas fini de voir les nouvelles alliances qui vont s'en suivre. Là encore en quasi direct on suivra les tribulations des grands de ce monde avec le feuilleton "dallas" des stratégies des méchants JR et des gentils Boby. Et au passage, ils essayeront de réparer les erreurs historiques du protectorat anglais; c'est à dire récupérer ce qu'ils n'auraient pas du lâcher au temps de l'emprire ottoman. Ou comment refaire l'histoire.

Ils se seront assis sur le droit international, mis à mal l'ONU -qui s'en remettra-,  l'Europe -qui s'en remettra (car ils n'y arriveront pas ....)-, et surtout ils auront créer un précédent sur la gestion par l'absence de droit, de légitimité et auront le champ libre pour le bilatéralisme, etc.
En prime, ils vont être au pinacle en interne; ce qui va les faire durer en 2004. Et chacun va continuer à engranger la menue monnaie.
Pour eux c'est peut-être un joli coup.

Sauf qu'ils se trouveront désormais et pour longtemps, toujours en face du "nombre" des multilatéraux. Et que le nombre aura compris. Même si au coup par coup, le marchandage pécuniaire bilatéral peut faire pencher en leur faveur. Et quand bien même arriveraient-il à persuader les "dirigeants" uni-latéraux, voire auto-latéraux car il ne faut pas être trop regardant, encore faudra-t-il convaincre les peuples et les consommateurs. Ils sont pas arrivés.
Et on attendra le retour du balancier .... avec toujours les mêmes ... à l'axe ...
Dans ces logiques, il est sûr que le danger ne peut venir que du couillon qui appuierait sur le bouton ... fourni par les "autres commerçants", aigri par le fait qu'il n'aurait pas voulu recevoir les bienfaits du bilatéralisme ou qu'il n'aura pas été d'accord sur le montant; voire se sera assit sur les accords.

Le Manageap

Tout est simple. Rien n'est facile.
La différence  ?.....le savoir