La Lettre du Manageap
L'euro Manageap
Des commentaires, autres regards, humeurs; l'impatience face à l'inertie, aux avancées en rétro arrière, aux extravagances des faux pionniers alchimistes.
Sommaire 14
"l'activité durable par la valeur ajoutée locale"
Le développement durable est mis à toutes les sauces. Pour des raisons, toutes plus désintéressées que les autres, tous les secteurs depuis l'énergie mondiale, la guerre, le saucisson à l'ail, s'en empare et se déclarent concernés par le "développement durable". Il est devenu le faux-nez complémentaire à la mondialisation globalisante futurement régulée de ses excès non actuels.
En réalité, en "bas", ce qui est souhaité n'est pas le développement à tous crins, y compris durable. Chacun souhaite ne pas voir ce qu'il fait, souvent avec fragilité, être remis en cause à tous bouts de champ, sous des prétexte qui vont de la décision locale à la décision mondiale, en passant par celles des clients, des fournisseurs, des administrations, des concurrents, vrais et faux, des circuits bien sentis, notamment économiques, les décisions "professionnelles", nationales, législatives, réglementaires, européennes etc. .... Le tout avec une grande impuissance d'action et de réaction.
Chroniqué
Nous sommes lu par des décisionnaires, apparemment d'un bon niveau ( :-) )
Je regarde, tente d'écouter et de comprendre, et  toujours pas de plan de production en vue, pas plus en France qu'en Europe.
Tout ce que j'entends, c'est "on ne peut pas empêcher la mondialisation, il faut la canaliser, réguler, contrôler" etc. ... sans doute à la façon des contrôles pour la circulation des bateaux poubelles. On n'est pas arrivé.
On entend  "on ne peut pas empêcher les délocalisations, et c'est l'Etat, la "solidarité nationale" qui doit s'occuper des salariés qui restent sur le carreau ", et ceux qui y sont déjà.
On entend aussi, "il faut plus encourager le travail que le non travail -minima sociaux, circulez, vous êtes trop riche-, et pour encourager le travail, il faut subventionner les projets d'implantations, de restructuration", et cela avec des fonds qui pourraient venir suivant les uns d'un impôt complémentaire sur la "mondialisation", d'une taxe sur les délocalisations, et même de l'opération du Saint Esprit, ce qui revient au même.
On entend "il faut travailler moins pour 'vivre',  plus pour consommer plus, et plus longtemps pour les retraites". Malheureusement, malgré les grands plans on commence par les circuits des travaux sans charges ni qualification jusqu'à 25 ans, et si le RMI ne vous guette pas, vous entrez dans la vie active, pour en sortir entre 45 et 50 ans histoire de gâcher le parcours de vos enfants en même temps que le vôtre-.
C'est pas demain que vous aurez les 40 ans de cotisations.
Dans ces discours de politiques et d'économistes, pas un qui imagine que les délocalisations se subventionnent par l'Europe ailleurs qu'en Europe, que les pays entrants, comme les autres ont leur plein de chômeurs, de travailleurs en dessous du seuil de pauvreté, autant d'indicateurs qui auraient du déclencher "la guerre et la solidarité nationale, Européenne, pour la production".
En privé, il n'existe personne pour croire au début de ces montagnes de sornettes. En privé seulement. Ailleurs, on ne fait rien ou on confond agitation et action.
Il est donc indispensable que chacun s'empare de la chose. Il faut  que les cadres arrêtent d'obéir aux ordres suicidaires, pour eux à terme rapproché et pour leur environnement direct et indirect. Et cela malgré les augmentations des minima cadres, largement ratissés par les taxes, impôts et autres fantaisies dans lesquelles ont les entraînent pour mieux les berner. Avec des tranches d'impôt telles qu'ils sont "solidaires" avec les salaires de 5 MF et plus.
Le temps de "l'activité durable par la valeur ajoutée locale", communale, départementale, régionale, nationale, européenne est arrivée. Haro vers la faveur donnée dans ces directions. Pas dans les autres, même avec des bonnes intentions affichées. Sans état d'âme, avec détermination, discrétion, contrôle et répression, en évitant les "notables" locaux échangistes de marchés contre bonnes grâces.
Ils ne le font pas .... faisons le.
Une entreprise doit avoir "intérêt" à employer du personnel.



Des usines sans usines, sans salariés, sans produit, sans marché, sans patron, sans actionnaire ... sans compter les délocalisations. Le tout financé plusieurs fois, plus les charges.
Tout cela est d'une logique sans faille ... hormis un détail ou deux .
D'une part ça se fait à contre temps, c'est-à-dire après avoir perdu des milliards d'euros par des mauvais choix judicieux.
Ce qui ne favorise pas le crédit à donner au remède pas plus qu'au prescripteur-non payeur/cher payé.
Et d'autre part, en dehors du fait que l'on pourrait "s'étonner" de ce qui peut être qualifié de pillages, de bradages en direction  .... ne cherchez pas l'erreur... d'entreprises américaines, l'on pourrait tout aussi bien se demander qu'elle sera l'utilité des "intermédiaires" pour des clients en quête d'économie et dont l'une des fortes logiques est de se passer des intermédiaires !
Il restera des cerveaux et des chômeurs, ces incapables, qui ne seront plus en mesure de construire des usines ou de les faire tourner. On y est presque. Mais que l'on se rassure, il y aura un plan, un grand ... avec formation et tout ...
 

Après une recherche sur un moteur avec "sans usines" :

La soumission des entrepreneurs français à la logique démentielle du capitalisme financier, sans foi ni loi, ni frontières
un scandale social, une stupidité économique .... frappant un système devenu suicidaire.
L'objectif est d'abaisser les coûts fixes par tous les moyens et de se procurer du cash en vendant tout ce qui relève du «sale boulot de la production» (dirty business of manufacturing), comme l'a baptisé une récente étude de Strategy Analytics
«  Il y a quelques année, le corps social d'Alcatel était constitué d'ouvriers. Aujourd'hui, le modèle social de la société, c'est un ingénieur devant son P.C«
En 1997, l'équipementier employait environ 230.000 personnes, contre 130.000 aujourd'hui et, en réalité, autour de 100.000 demain, après les dernières décisions


Certains sont même allés jusqu'à prévoir une économie occidentale sans usines
Il y a quelques années, dit-il en substance, le groupe disposait de 250 usines. En 1998, Alcatel n'en possédait plus que 200, dont 120 dans les télécoms. Avec le départ des câbles et les ventes de certains sites ces derniers mois, il n'en possède plus que 100
Il ne lui en restera qu'une cinquantaine…
Philips, Ericsson font la même chose. Ils ne font d'ailleurs en cela que suivre les américains, Motorola, Nortel ou Cisco
Elles sont vendues à des entreprises qui se sont spécialisées dans la fabrication des équipements électroniques. Je vous citais tout à l'heure Flextronics, mais il y a également Solectron, Celestica, Sanmina.
Ces entreprises sont américaines, mais elles ont effectivement des usines un peu partout dans le monde
La sous-traitance donne beaucoup plus de réactivité, elle permet de lancer très rapidement une nouvelle fabrication, d'en arrêter une autre aussi vite. Il suffit de rompre un contrat commercial, de renégocier des conditions, ce qui est beaucoup plus facile que de rompre un contrat de travail ou d'envoyer des gens en chômage partiel.

La "Fabless Semiconductor Association", le ticket d'entrée est simple : toute entreprise qui sous-traite au moins 75 % de sa production de puces électroniques peut postuler au titre de membre actif.
C'est d'ailleurs assez intéressant de voir que le PDG d'Alcatel, un polytechnicien, renie sa culture d'ingénieur et se sert de cette utopie du capitalisme commercial pour rassurer les marchés et masquer un plan de licenciement."
A force de jouer au Monopoly, l'entreprise sans usines risque alors de se transformer en entreprise sans clients.

Ce qui, dans le langage de la finance moderne, est appelé « création de valeur pour l’actionnaire » ne représente que de la valeur captée par les entreprises à caractère financier sur le reste de l’économie.
il s’agit de répartition, entre travailleurs et capitalistes d’une part, et entre capitalistes eux-mêmes d’autre part.
« La grande bataille dans la société où nous vivons n’oppose pas le bien et le mal, mais l’intelligence et la connerie. Les forces de la connerie sont démentielles. »

Au fait, on en termine quand avec les "noyaux durs" ?
De quels droits décident-ils, alors qu'ils sont minoritaires, de déséquilibrer socialement, économiquement, des pans entiers de l'économie et de contraindre la collectivité au paiement de leurs passifs et de leurs détournements d'actifs, celui de l'entreprise, et celui de la collectivité ?
Bien qu'ils s'en plaignent, ils ont coûté bien plus cher que les "35 heures" et le "programme commun "réunis.

La communication institutionnelle : Les US nous donne de grandes leçons depuis plusieurs mois.
"La menace n'allonge pas le sabre."
Ils sont sur place. Ils surveillent la ligne du 36éme, et de temps en temps, avec les copains Européens Britanniques qui luttent contre le terrorisme en abritant les terroristes, en refusant de les remettre aux pays qui ont subit leurs gentillesses, ils font quelques manoeuvres de bombardement histoire de ne pas perdre la main. Le tout pour "maintenir" un blocus.
Le but de la manoeuvre :  protéger les populations, ce qui veut dire les énerver contre Saddam, détenteur d'armes de destruction massive.
Depuis des mois, Le grand chef Pétrolien y va de ses menaces, et/donc de l'exaspération des populations Irakienne et mondiale.
Au début, il dit qu'il a des preuves. Bon il dit vrai. Et pour annoncer ses preuves, il choisit sont allié hystérique socialiste/ travailliste, lui-aussi grand défenseur et grand pourfendeur de méchant malin. Et voila le sous-chef tout fier d'avoir été chosi pour annoncer la chose au monde, qui fait donc une annonce d'annonce de grande réunion au cours de laquelle il va montrer en direct les preuves. Et le monde entier s'y rend, en rangs serrés.
Et puis voila que tout cela est un flop, un bide, une énormité.
Et voila le sous chef baveux qui rentre dans sa coquille. A sa décharge, il n'avait pas du lire le doc avant son annonce ....

Jusque là, il s'agit de faits; pas d'un sketch grand-guignolesque.

Le monde entier reste à l'écoute, avide de sang à venir, de bombes perforantes au plutonium, de guerre par et avec satellites, de bombardements chirurgicaux (qui consistent à bombarder les chirurgiens, toujours à 10.000 m d'altitude. Comme pendant la dernière, au cours de laquelle il y a eu quelques centaines de milliers de victimes sous les bombes libératrices des troupes débarquantes; quand on aime on compte pas).

Et quasiment tous les jours, depuis des mois, on voit le Présitrole des US arrivant en conquérant devant son pupitre, forçant sur son accent texan, affiner ses gestes de la main, penchés à la clark chose, et faisant des annonces toutes plus menaçantes les unes que les autres, comme s'il enseignait l'art de communiquer à des Ministres un peu demeurés.

Puis, après le bide de la preuve d'absence de preuves, des "Inspecteurs" de l'ONU, -ces malheureux qui ne trouvent pas parce qu'ils ne savent pas chercher-, il est venu, toujours avec son air conquérant, nous dire qu'il "attend que la communauté internationale donne des informations" (ça c'était en décembre : chacun demandant que les autres pays donnent des infos; puisque sur place on ne voyait rien).
Silence radio de la communauté internationale. Il faut dire qu'elle n'a pas les moyens des US. D'ailleurs on pourrait se demander comment il peut se faire qu'on en soit à ce niveau d'ignorance alors que l'on dispose de satellites, en pagaille, capables de compter les grain de sable du désert et de les différencier des pellicules sur la tête à Saddam.
De deux solutions l'une : où il s'agit encore d'un mensonge, et les satellites haute définition sont un leurre, où alors ils sont eux-aussi allergiques aux "armes de destruction massive".

Et on en arrive à aujourd'hui : Le Pétrosident des US nous annonce, encore, qu'il détient les preuves, et qu'il va nous les annoncer en pleine figure le 5 Février.
Un qui va se mordre les dents, c'est le brave tony !!. Sans doute a-t-il refusé de les montrer lui-même :-)).
Bon alors attendons. De toute façon, il y a deux choses de sures :
1. des preuves : il n'y en aura pas.
2. si par extra ordinaire, il y avait un début de doute, le monde entier, y compris le plus bazu du coin le plus reculé se demandera pourquoi "on" ne l'a pas montré avant.
3. éventuellement chacun va se lancer dans le décompte des mensonges pour savoir qui est le plus menteur. On n'est pas arrivé.
Dans tous les cas, donner une reconnaissance internationale à sa guerre; il aura un grand mal.

Total : suggestion à l'attention des Doctorants en communication : il y a de nombreux sujets de thèses sur la communication autour du dépackassage Bush-Saddam, de la stratégie de communication de guerre des Fauxcons, et de la théorie de "un mensonge vaut mieux que deux tu mentiras".

Au fait Ben-Laden ou pas Ben-Laden, avion ou pas avion, pipe caspien ou pas  ?
Après le 5 Février, il y a de grande chance que tout revienne à la surface. Le risque est que cela devienne aussi mondialement connu que les travaux de Buster Keaton (joli site), mais en moins drôle, sauf au deuxième degré.
Mais suivant le même principe de communication, il se dira que le Pésidentroléum des US aura été le seul de l'histoire de l'humanité à être brûlé au troisième degré avec une communication au deuxième.
Et il en faudra de la pommade pour réparer le préjudice.

Résumé historique : un montreur de preuve de mensonge a suivi un menteur fumeur de cigare. Fortuna gloris.

5 février : Réunion du Conseil de sécurité, en direct live mondial.  Toujours à l'attention des doctorants de maternelle es communication : des dizaines de personnes ont passés des 24h/24 à discutailler et prévoir toutes les modalités de fond et de forme pour cette dramaturgie "finale".
On a beau ne pas être convaincu du sérieux des actions précédentes, le doute du jusqu'au boutisme, nous laissait croire que nous allions au devant d'une démonstration sans faille, avec une révélation incontournable. Dans nos esprits, il ne faisait aucun doute que, à ce niveau du Monde mondial, on ne peut aborder le sujet qu'avec la plus grande rigueur.
Alors ... ben si des doutes étaient encore permis pour les plus sensibles, aujourd'hui il n'y en a plus. On pourrait presque dire qu'il y a aux USA des gens qui s'ingénient à discréditer les USA.
L'annonceur des preuves irréfutables, qui n'étaient que des éléments concordants etc. etc. ... a même joué les terroristes en montrant à la face du monde ce que des extrémistes US (des gens qui voulaient la guerre à tous prix )  ont mis dans des enveloppes pour empoisonner les postiers.
Bon résumons : nouveau flop en direct live.

Qu'a cela ne tienne : le Présibuschiste vient devant les caméras dire qu'aprés avoir fourni les preuves, maintenant "game is over".
Bon.... on ne va pas épiloguer sur les causes. Une hypothèse toutefois : n'y aurait-il pas un un virus frappant certains dirigeants ?

En face la situation n'est pas plus brillante.
En 10 ans ils ont été incapables de se faire une virginité internationale.
Dernièrement il a menacé d'attaquer le Koweit si les US l'attaque. Avec un parapluie en forme d'armada, les Kowetiens doivent se tordre de rire. Et puis peut-être qu'en face, ils ne vont pas croire que 1 millions, ce n'est pas "massif" ! quant à savoir s'il a fait des recherches, et des trouvailles sur des armes chimiques. La bonne blague .... quand il les a utilisé contre l'Iran, et d'autres, après les avoir commandé et obtenu "d'ailleurs" -avec la foule des marchands d'armes mondiaux sur le paillasson-, personne ne s'est senti offusqué dans sa morale et sa vertu réunies.
Mais la position n'est pas des plus confortables :  "Donnez nous la preuve que vous n'avez pas d'armes de destruction massive ". Pas facile d'apporter une preuve sur une inexistence.
"Partez et on vous laisse tranquille".  Quant on voit les séparations en crève coeur larmoyant de certains Ministres et Ministresse quittant leur "E-T maison" de Ministère, on imagine bien qu'il n'a pas une grande envie de perdre les avantages acquis. Même acquis sur le dos et la vie des autres.
Et puis bon, il n'est pas seul. Pas plus sur place qu'au Conseil de sécurité de l'ONU. Entre la France, l'Allemagne, la Chine, et la Russie, il y a de quoi mettre des vetos.
Et si la guerre se fait malgré tout, c'est à dire avec un grand bras d'honneur général, alors les conséquences seront multiples et durables.
Quant à venir sur le terrain de la morale, comme cela se dessine ... c'est un terrain bigrement glissant pour tous.
Y compris pour les 8 signataires Européen Tony Blair de Grande-Bretagne, Espagne J ose Maria Aznar, Berlusconi Italie,  Jose Manuel Barroso Portugal,  Peter Medgyessy Hongrie, Anders Fogh Rasmussen Danemark,  Leszek Miller Pologne et Vaclav Have République tchèque, de la lettre d'intention de suivisme, qui font là, une grande démonstration de ce qu'est la real Europe. Ce qui laisse bien augurer de la suite élargie .... Surtout qu'ils ont été actifs, ont encombrés les couloirs aériens pour satisfaire à la tactique contre-tactique (--------).
Mais au total : dans ces cas, la seule source d'information est ... inexistante.
De quoi faire et entretenir toutes les opinions, avis informés, analyses d'experts...
Bon Saddam ... et si tu prenais ta retraite... après tout, tout ce que tu as, tu le laisseras sur place ... Entre le Présibuschlonéum et toi, il y a match nul : intellectuellement et armement parlant chacun gagne dans sa spécialité. Et pourtant aucun n'est réellement glorieux sur ses vieux jours.
La connerie, finalement, quand on l'a jeune, on la garde et ca vieillit très mal.
Proverbe presque chinois : "de tous les faucons, seul le vrai faucon vole. Les autres sont simplement vrais."

Bémol : parmi les objectifs de ces pantalonnades on remarquera qu'à peine pas commencé, l'élargissement de l'Europe montre qu'à l'évidence, elle s'est rétrécie, et que des quantités de messages préparatifs des velléités futures de quelque(s) grande(s) nations sont informés que traitant du détail jusqu'à la bêtise, il ne sera pas question d'accepter le grandiose.
En contre partie : l'important c'est la ligne d'arrivée. Pas celle du départ.
C'est donc pour cela que "la menace n'allonge pas le sabre".

Encombrement dans le ciel mondial
Les derniers événements en ce jour de 8 février sont des événements "rares".
D'un coté le vrai faucon vient faire à MUNICH un dernier - on croit toujours que c'est le dernier - tour de passe-passe, histoire de confirmer la preuve d'absence de preuve, de l'autre, voila une Ministre de la Défense, la notre, que du coup on serait tenté de l'aimer, qui vient le traiter de gros menteur, truqueur, hableur, et que dans le même temps, le grand chambellan coiffeur/barbier anglais se fait prendre la main dans le sac pour avoir photocopié le travail d'un étudiant dans un dernier rapport indiscutable prouvant ce qui n'était jusqu'alors que des mensonges. Et qui du coup deviennent des faux extravagants.
Le gouvernement (britanique) n'hésite pas à «manipuler» les éléments à charge contre le régime de Bagdad. Le «pot-aux-roses» a été découvert ..., après la publication sur le site Internet de Downing Street d'un dossier accablant sur «la duperie et la dissimulation» élevées au rang de politique par Saddam Hussein.
Or, sur les dix-neuf pages du réquisitoire, douze provenaient d'«emprunts» faits .... à une thèse universitaire et d'articles de la revue Jane's Intelligence Review. Un plagiat en bonne et due forme...
Or, les documents copiés datent. La thèse .... se fonde sur des entretiens vieux de douze ans avec des transfuges irakiens après leur interrogatoire par les services de renseignements américains et britanniques. Les articles de la Jane's Intelligence Review ont été publiés, eux, en 1997. Ce recyclage d'informations, que les experts qualifient d'«obsolètes», a pourtant été salué par Colin Powell, le ministre de la Défense américain, comme «une contribution édifiante» dans son exposé du 5 février au Conseil de sécurité.
Après avoir multiplié les explications mensongères sur la pertinence de son dossier, Downing Street a fait amende honorable en mettant au compte d'un «junior aide» – un assistant subalterne des services de premier ministre – cette fâcheuse «bévue». Il n'empêche : la volonté de prouver à tout prix s'achève en fiasco. «C'est une tentative du gouvernement de tromper le Parlement et l'opinion publique, s'indigne l'ancienne actrice Glenda Jackson, députée londonienne du Labour. Tromper, en l'occurrence, est un euphémisme pour mentir.»
Pour embarrassant qu'il soit, l'épisode ne freine en rien, cependant, la préparation militaire. Geoff Hoon, le ministre de la Défense, vient d'annoncer l'envoi vers le Golfe d'un contingent de la Royal Air Force 100 avions et quelque 8 000 soldats. Le corps expéditionnaire britannique comprend quelque 40 000 militaires prêts à entrer en action à tout moment.

Nin di diou, s'il n'avale pas sa langue, c'est que vraiment il n'a plus de figure.
Au passage j'imagine les services secrets anglais, qui doivent littéralement perdre leur flegme sous leurs melons et se tordre de rire derrière leurs moustaches.
Le couple BB (Bush Blair) va entrer dans l'histoire, à la vitesse du çon.
Il ne manque plus que des faux rapports des faux inspecteurs et on aura la totale.
Qui prend les paris qu'en ce moment, il doit y avoir une centaine de scénaristes qui n'arrivent pas à suivre les gags à mettre dans le film hollywoodien qui va sortir au printemps.

Bon : allez je me lance : épisode à venir : changement des alliances; certains pays vont revenir sur leurs ex-futures décisions de suivisme. Faut dire aussi qu'être jusqu'au boutisme dans la noyade, c'est pas facile. Surtout quand la bétise remplace l'eau. Et puis bon, faire la guerre, d'accord, peut-être ! Mais prendre une masse pour casser une coquille d'oeuf, c'est peut être pas dangeureux pour la masse, mais ça n'est pas trés glorieux. Quant à la fin, crier "Victoire" ... faudra oser.
Il y en a un qui va encore prendre du galon. C'est l'occupant -encore un  :-) - de l'Elysée. Guerre ou pas Guerre, il se taille à la main et au ciseaux à froid, un costar 3 piéces "durable" Gaulien à toute épreuve. Et ce sont les Américains qui fournissent le tissus ! un must !!

Une chose toutefois : il faudrait que nos chers dirigeants demandent trés fort à Sadam de prendre sa retraite. Et tout le monde sera contant et gagnant.  Et puis ça permettrait aux chers Français de mettre un peu de poussières sous les tapis, avec la   Vente à des démocrates en famille, sans paiement, d'usines à électricité nucléaire détruite une semaine avant la mise en service , et des mirages épandeurs de babioles chimiques (c'est l'exemple pris par le prouveur à l'ONU) ...
Et si Saddam écoute la voix de l'extréme, alors vite fait, on nous transformera ça en principes de management, à étudier dans les écoles de guerre sous enseignement des anciens Présidents. A raison de quelques centaines de milliers de dollard de l'heure, plus les déplacements. Comme pour le fumeur de cigare ser-menteur sur la bible.

Exercice pour les étudiants en communications, sciences politiques etc.
powel2.jpg (13501 octets)Combien de mensonges dans et avec cette photo de montreur de preuves?
Voir la chose (clic sur l'image) qui a coûté une fortune à la collectivité mondiale.
Dire aussi pourquoi la Vérité ne suffit pas, alors que des éléments existent et sont cachés jusqu'au moment "opportun" ? Exemple : la cassette Ben Laden date de 3 semaines en arrière, le rapport des inspecteurs comportent des éléments

Le site de l'ONU in French.
Au fait pourquoi pas le siége de l'ONU sur un territoire "indépendant". Par exemple Jérusalem.

La Guerre en Irak 10/02/2003
Faire la guerre ou la décider ? Ce n'est pas la même chose. En l'occurence, il est moins risqué de décider et de faire le matamore devant les caméras.
Les perdants, dans tous les cas, même en cas de "victoire" sur le terrain, au moins dans les opinions :
  -  les "qui prennent la tête"
  -  les qui s'assoient sur les petits peuples
  -   les qui décident seuls
  -   les qui imposent
  -   les qui mentent, roulent dans la farine
  -   les qui ménent des campagnes d'insultes "diplomatiques"
  -   les qui étouffent les débats
  -   les qui veulent libérer pour occuper
  -   les qui montrent des preuves truquées, qui sont pris la main dans le sac et qui persistent
  -   les qui suivent par peurs ou par soucis d'intérêts publics et privés.

Mais dans cette affaire, tout est devenu tellement ridicule au plus haut degré, qu'en réalité il ne peut s'agir que d'une hypothése : en fait les vrais fauxcons US sont des collombes de la paix, et ils n'hésitent pas à se sacrifier sur l'autel de la bétise et la mauvaise image générale et particulière, pour arriver à leurs fins. Quelle abnégation !!!
Ou alors ... ils sont vraiment mauvais. Et pire encore que l'on peut l'imaginer.
Et ils vont multiplier les événements psychotiques.

En Marge histoire Belge
Dans le même temps, à l'heure prêt, où la Belgique dit non (avec la france et l'Allemagne à l'envoi d'armes et autres fantaisies à la Turquie, qui parait-il se sent menacée - on ne sait pas trop par qui, mais on suppose que c'est par l'Irak, ou alors le Liban ou le Koweit, qui sait ! -, une délégation officielle ... belge ... se propose d'aller aux USA rencontrer des investisseurs pour leur vanter les attraits belges. C'est le moment les gars .... Et si ça marche pas ... une petite déclaration de guerre serait la bienvenue dans le tableau ubuesque.
Déjà en 2001, les US s'étaient fait remarqué par leur sens de l'échange et de la courtoisie du fait accompli
Les mots et attitudes Diplomatiques selon BB à l'ONU, l'OTAN, l'OMC, l'Europe, G8, etc. etc.
acerbité
affabulation
affairisme
affront
agissements
agitation
agressivité
aigreur
amertume
animosité
antagonisme
âpreté
arrogance
artifice
attaque
avanie
baiser de Judas
bassesse
bidon
blasphème
bobard
boniment
bourrage
bravade
brutalité
cabale
calomnie
camouflet
canular
cartel
chantage
combine
comédie
commination
condescendance
conte
contrainte
contrevérité
couleuvre
crânerie
déchaînement
déconsidération
dédain
défi
déloyauté
démence
démesure
dérision
désaffection
déshonneur
désintérêt
désinvolture
dissimulation
duplicité
dureté
embrouille
erreur
euphémisme
exacerbation
excès
excitation
fable
fabulation
fanfaronnade
farce
fatuité
fausseté
feinte
férocité
fiction
flatterie
fomentation
fourbe
fourberie
frénésie
fricotage
frime
fulmination
fureur
galéjade
grossièreté
hâblerie
hargne
hauteur
honte
hostilité
humiliation
hypocrisie
hypocrite
ignominie
illusion
imbroglio
impertinence
imposture
impudence
incartade
incongruité
inconsidération
incorrect
indélicat
indignité
inexactitude
inimitié
injure
insolence
insulte
intempérance
intérêt
intimidation
intolérance
invention
irascibilité
ironie
irritabilité
leurre
machiavélisme
magouille
malveillance
manigance
manoeuvre
méchanceté
menace
mensonge
mépris
micmac
mirage
momerie
moquerie
morgue
mortification
mystification
mythe
mythomanie
négation
oblique
offense
oppression
opprobre
orgueil
outrage
outrance
outrecuidance
pantalonnade
partial
perfide
perfidie
persiflage
plaisanterie
postiche
précipitation
présomption
pression
prétention
provocation
raillerie
renégat
réprimande
réprobation
risée
rodomontade
rouerie
ruse
salade
sarcasme
satire
sauvagerie
simulacre
simulation
sommation
sottise
sournois
sournoiserie
spectre
suffisance
superbe
supériorité
tartuferie
tripotage
tromperie
ultimatum
vanité
véhémence
vexation
violence
virulence
Les Sites Irak et US
ONU  Direct Tv internet
Ministére des Aff Etrangères
Ambassade - USA (pas forcément à jour :-).
Bio GWB ....

Points de vue Du Gouv US
Chronologie Inspection
Irak : coruption, terrorisme etc.
Gouv US Infos en français
Un appel de J Carter ancien Président  41 Prix Nobel Américains contre la Guerre
Not in our name

Un site intéressant USgo Home où l'on apprend pourquoi il se développe une campagne de vaccin contre la variole. En résumé : les USA ont chargé (montré par CNN et NTV) des armes biologiques, des grenades, chargées de 'variole' en partance pour l'IRAK. Les allemands devront accueillir les soldats US (pas les irakiens) qui auront été contaminés et les soigner. Et au passage recevoir également la contamination. Qui pourrait se propager en Europe. Du coup il se prépare chez nous et ailleurs des centaines de millions de doses de vaccination. Merci Bush . C'est vrai que Saddam est dangereux avec ses armes biologiques !!
Et un bravo spécial aux médias français qui ont fait la totale impasse de l'information : bientot on n'achète plus de journaux et on se passera des journaux télévisés et informations à la loft story... c'est déjà parti. Laissant entendre que la menace ambiante désigne par l'évidence l'irak.   voir
Et si certains ont oublié les boys de la dernière et les autres, d'autres pas ....

Maj Bémol : on a du mal à imaginer le "rendement" guerrier de grenades à la variole. En attendant, les marchands de variole et des vaccins qui vont avec ...doivent recruter à toute allure et faire tourner les machines au rouge pour fabriquer les millions de doses. A mon avis même pour des centaines de millions, le prix n'a pas du faire l'objet d'un appel d'offres ouvert !!

12/02/2003 Et voila le Ben Laden qui ressort du chapeau
Nous n'allons pas nous transformer en commentateur instantané, sinon nous allons passer pour des anti-pro. Un jour peut-être connaîtra-t-on les bonnes cartes.
En attendant, bonne chance à ceux qui ont en charge de jouer avec les cartes en jeu...
1 : la bonne longueur des jambes c'est quand elles touchent par terre.
2 : c'est la ligne d'arrivée qui compte.
3 : si on court derriére l'ennemi, on prend le risque de ne pas prendre le raccourci.

Mais il arrive rudement bien à l'heure le Ben laden... ce grand défenseur de la Paix que "personne" ne trouve, mais que tout le monde entend parler, en l'identifiant à tous coups ??!!
Il va falloir s'habituer pendant quelque temps encore à voir des événements psychotiques et excessifs survenir tout azimut.
Et dire que certains arrivent à faire du fric avec tout ça ??!! haaa ...? serait-ce la piste ?

Le Manageap

Tout est simple. Rien n'est facile.
La différence  ?.....le savoir