La Mutation des entreprises
L'euro Manageap
Flash back : années 80
Nombre d'entreprises, y compris "récentes", et plus étonnant encore, des "grandes" entreprises, ne sont pas encore à ces niveaux.
D'autres sont carrément restées aux besoins des années 1970.
A l'opposé, des entreprises, qui se comptent, sont, elles, en avance.

Nombre de créateurs entreprennent avec des notions dépassées.
Ce qui n'est ni basique, ni pragmatique, ni éloigné des effets de manches cachés par l'utilisation des anglicismes de management "moderne" si   chers aux star up. C'est dommageable aux méthodes utiles apportées par ces anglicismes

Ca vaut aussi,  voire surtout, pour le secteur social - et pas seulement pour les entreprises de l'économie dite "solidaire"-. Il y a URGENCE pour le secteur social a remettre de l'ordre dans les O.V.F (Objet, Valeurs, Finalités et Fonctionnements). Et avec méthodologies. Les abus engendrent toujours des excès inverses.
Mais il est vrai, après tout, que certains ne demandent que cela pour être convaincus.

Les années charnières. Sous de nombreux jours, pas toujours glorieux, jusqu'en 90-95.

aaie.gif (222 octets)
cale1010.gif (55 octets)
aaieb.gif (204 octets)

aaie.gif (996 octets)
cale1010.gif (55 octets)
aaieb.gif (204 octets)
aaie.gif (996 octets)
cale1010.gif (55 octets)
aaieb.gif (204 octets)
aaie.gif (222 octets)
aaieb.gif (204 octets)
aaie.gif (996 octets)
aaieb.gif (204 octets)
RÉDUCTION DES RISQUES
Moins de risques financiers, commerciaux, technologiques, sociaux
Par les prévisions, de marchés, de l'évolution de l'environnement, de l'activité de l'entreprise, des produits, des besoins clients ..., avec des mesures de repli ou de diversification prévues, intégrées, préparées à l'avance.
Meilleure maîtrise de l'environnement commercial, politique, et économique, mise en place de systèmes relationnels, occupation du terrain commercial, avec gestion du suivi informatif.
Développement des activités contra cycliques.
Intégration, prises de participations, achats d'entreprises, situées en amont ou en aval, mouvance des centres de profits et des filiales, par regroupements et transferts. Avec des laissés pour compte, pour tout ce qui n'apparaît pas indispensable, et/ou ne justifie pas son existence.
Certaines résistances permettent de durer, de retarder les mutations réelles, ce qui n'empêche pas des pans entiers de l'économie de disparaître..
Dans certains cas, il n'y a pas de remplacement économique, et dans de nombreux autres, il s'agit en réalité de transfert, notamment de valeur ajoutée.
RECHERCHE DE LA TAILLE OPTIMALE
Taille et Territoire
Découpage en agence, en centre de profit par bassin économique et/ou d'emploi avec une occupation commerciale concentrée, préventive des développements mesurés vers l'extérieur.
Taille et Technologies
Elle se fait en fonction de critères importants :
Prévisions de l'évolution des besoins
Positionnement plus précis de la relation technologie/marché prévisions sur les positions de la concurrence
Technologies en propres, protégées, avec des actions dans leur ligne spécifique
Taille et hommes, structures
En essayant de conserver des réserves d'actions et de réactions En mettant au goût du jour la nécessité des formations professionnelles.
Taille et outil de production
Les objectifs sont concentrés autour du centre de profit de l'outil L'outil dicte les autres stratégies
Des complémentarités sont recherchées, en amont et en aval.
L'outil créé, ou sa modernisation, sont fonction de la concurrence sur le territoire d'influence.
MEILLEURE COMPLÉMENTARITÉ DES ACTIVITÉS
Utilisation du même outil
du même savoir faire de base, pour l'optimiser
Verrouillage du client
en satisfaisant le plus grand nombre de ses besoins, et même de ses attentes
ce qui nécessite d'élargir la gamme d'activité
Souvent pour empêcher la concurrence de 'rentrer' par un besoin insatisfait.
Utilisation du même produit
réseaux - marques - applications
Recherche d'une complémentarité financière
et de trésorerie, en équilibrant
la nature de la clientèle,
ses délais de décisions et de paiement,
ses conditions de collaboration
et de la même manière, en direction des fournisseurs.
LES COMPORTEMENTS
La mutation des années 1980 a été souvent ressentie comme une mouvance dont la nécessité n'a pas été expliquée, à tord ou à raison, ou par obligation de résultat, et aussi par souci de "faire caché, et en masse".
Elle s'est accompagnée d'aller retour de pouvoirs, politiques et/ou économiques, souvent dans un clair obscur aux aspects multiples, et avec un sommet de pyramide sensiblement le même, dans tous les schémas.
Les budgets, ressources et technologies, se sont mobilisés vers les grands dessins (ou présumés tels, et commencés en milieu des années 70) vers un petit nombre, au détriment des répartitions  vers le grand nombre.
Tiré par le haut, l'ancrage basique s'est traduit par un appauvrissement : la base est devenue fragile et pas fiable.
LES ASPECTS SOCIOLOGIQUES
- perte de confiance dans l'entreprise -dégradation de l'ambiance
- situations peu prometteuses, sans la réussite - renforcement de la 'carapace', seule protection 'hiérarchique'
- la faute est à l'organisation générale, les autres - les 'problèmes' professionnels sont dissociés des aspects familiaux et personnels
- les attitudes deviennent froides, rigides, réactives - refus du contact clients
- peur de la perte de pouvoir - crainte d'être dépassé par les collègues, les jeunes, les expérimentés
- engagements difficiles à tenir - les autres sont incapables, déprimés, méfiants, égocentriques
- la réussite est jalousée - multiplication des contacts informels
- l'échec est montré du doigt - retour aux renforcements des clans
- tâches considérées comme ennuyeuses, répétitives - états d'âme, peur, compassion, injustices, envies
- travail en solitaire, même en réunionnite - les objectifs sont hors de portée
- refus de l'autorité, de la discipline - peur de l'avenir, de tout 'changement' - compétence personnelle étouffée, refoulée
L'INTEGRATION DANS LES ENTREPRISES
Les entreprises, sont devenues le réceptacle des manques de l'éducation, de la famille, de la société,  chargées d'appliquer les contraintes, de les subir économiquement.
Leur résistance est faible, car le ton de l'acceptation est donné par certaines d'entre elles, qui en fait dictent à chaque fois les limites qui sont les leurs.
D'où les échecs multiples des mesures et contre mesures
Dans ce cadre, l'entreprise a compris, qu'elle devait tenter d'en tirer le meilleur parti, avec les "ressources humaines":
-suppression du copinage hiérarchique (pour une reprise en réseaux)
- diminution de l'impact de la conjoncture
- changement  - des rythmes de travail  - du cadre de travail  - des relations internes
- utilisation, gestion de la formation et de l'information
- l'organisation, la gestion, le contrôle, l'organisation du temps sont imposés
- recherche d'un équilibre entre les bons et les mauvais éléments, qui découragent la moyenne
- les temps d'échanges sont organisés - recherche des talents,  aptitudes, capacités
- acceptation de l'expression de la déception, de l'impuissance, de l'inutilité, de l'échec, de l'abattement
- reformulation de l'expression, sans déformation, sans la traduire en raccourci dans ses implications
- création et gestion de la synergie du succès
- combat, dans le calme, de celle de l'échec
L'essentiel est perdu de vue, ce qui conduit, en spirale, à des erreurs de choix, l'abandon de faux échecs, la poursuite de fausses réussites, y compris aux plus hauts niveaux.
Les phénomènes de société rajoutent et font changer les valeurs en les dé hiérarchisant.
L'environnement ne se prête pas aux mutations, vraies ou fausses, au contraire : - la réglementation intégrent des mesures curatives, préventives, protectionnistes, et même anti concurrence actuelle et/ou à venir.
Sa complexité est utilisée à des fins de spécialités, de volume ...qui obligent à faire appel à des moyens sans cesse plus importants (intellectuels, économiques, technologiques..).
Les contraintes sociales fonctionnent sous des modèles inadaptés
- le syndicalisme, basé sur le bulletin de vote, la protection du statut, le pouvoir d'accompagnement,... perd de sa crédibilité. - il n'a qu'un risque, celui de demander, ce qui annule l'esprit même de 'négociation'
- les "dispositions" nouvelles cumulent les contraintes, n'en suppriment pas
- sous des prétextes de solutions à des excès, elles se voient incorporer des dispositions autres, dont elles sont en réalité le prétexte et la caution - elles font toujours l'objet de tractations manichéennes, au niveau politique, administratif et/ou contractuel, avec les donnants-donnants, équivalence, passivité, attentisme, pourrissement, réactivité,
- les risques d'échecs sont multiples et l'incompréhension par ceux à qui s'appliquent les mesures, est quasi totale.
- les attitudes protectionnistes, conservatrices, tous azimuts, se mobilisent.
- la crainte de créer un événement dérangeant engage au retrait des idées
- les plus vieilles techniques de gestion des hommes sont remises sur le dessus de l'actualité, en tirant par le bas les sociétés dites "évoluées".

Le Manageap

Tout est simple. Rien n'est facile.
La différence  ?.....le savoir